Coco de Disney Pixar, une 3D (presque) parfaite

Pour son 19ème film, Pixar (maintenant Disney-Pixar) frappe fort tant sur le plan de l’histoire que sur le plan de l’utilisation de la 3D-relief.

Malgré une scène d’ouverture qui, pour tout amateur de 3D-relief laisse perplexe, tant l’utilisation des flous de premiers et d’arrière plan désagréables pour les yeux, semble interminable, Coco se révèle par la suite être un film dont la 3D-r est un exemple que devraient suivre bien des réalisateurs de films.

Le monde délirant des ancêtres . ©2017 Disney•Pixar. All Rights Reserved.

Le duo Erin Lehmkühl et Stewart Pomeroy à qui l’on doit la 3D-r exceptionnelle de Cars 3, fait le choix d’une 3D-r essentiellement en profondeur qui donne l’impression d’ouvrir une fenêtre sur le monde des ancêtres avant de nous immerger totalement dans ce monde visuellement délirant.
On est loin des effets ostentatoires des films de super-héros. Ici, la 3D-r est gérée de façon à ce que l’univers dans lequel baignent les personnages s’accorde parfaitement à l’action et aux sentiments.
Profondeur lorsque les personnages ont un sentiment de solitude, jaillissement dans les moments de fête, 3D-r donnant presque le vertige lorsque le héros découvre (attention spoiler) la trahison de celui qu’il croit être son arrière grand-père. Mais jamais on n’a l’impression que c’est trop ou pas assez.
Ici, les jaillissements sont justifiés et jamais trop forts, Disney-Pixar pense aux yeux de plus jeune spectateurs, mais aussi parce qu’un jaillissement trop fort fait décrocher le spectateur qui risque de se concentrer plus sur l’effet que sur le fond de l’histoire. On a tout de même quelques débordements généreux mais toujours amenés intelligemment. De ce fait, la 3D-r ne perd pas le spectateur, elle le guide dans la dimension des ancêtres.

Ah ces flous d’arrière-plan si jolis en 2D et si laids en 3D-r… ©2017 Disney•Pixar. All Rights Reserved.

Bien sûr, on n’évite pas l’écueil habituel des flous d’avant et d’arrière plans des films que l’on retrouve dans presque tous les films en 3D-r qui doivent également sortir en version 2D pour les spectateurs qui n’ont pas la chance ou l’envie de le voir en 3D-r. Ceux-là ne savent pas ce qu’ils perdent.
Ces flous parfois gênants, surtout en avant-plans ne sont présents que dans les valeur de caméra les plus serrées. Ils ont pour but, de créer artificiellement un effet de profondeur de champ pour la version 2D, ce dont le spectateur qui voit le film en 3D se passerait bien…
Mais au final, ils sont assez peu nombreux et hormis quelques amorces vraiment désagréables, l’ensemble de la 3D-r mérite presque le qualificatif de parfaite.

Coco, un film à voir en 3D-r absolument.

Coco
Production : Disney – Pixar
Un film de Lee Unkrich et Adrian Molina
Sortie en salles le 29 novembre 2017

 

 

© LaTV3D – Décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *